La MRC de Rimouski-Neigette appuie l’implantation d’une faculté de médecine satellite dans la région.

(Rimouski, le 17 mai 2018) – Le conseil de la MRC de Rimouski-Neigette s’est réuni en séance extraordinaire hier soir pour adopter une résolution en faveur de l’implantation d’une faculté de médecine satellite dans la région du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie et d’un campus de formation préclinique à Rimouski.

À cet effet, la MRC sollicite l’appui de la ministre de l’Enseignement supérieur, Madame Hélène David, afin qu’elle prenne position en faveur de ce projet structurant et porteur pour la région.

De plus, les élus de la MRC demandent à l’Université Laval, aux Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent et de Chaudière-Appalaches ainsi qu’à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) d’établir un protocole d’entente pour permettre l’établissement d’un campus satellite de la Faculté de médecine de l’Université Laval à Rimouski. Le but étant d’offrir l’intégralité du programme de doctorat en médecine au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie.

Cette prise de position des élus de la MRC de Rimouski-Neigette tient compte :

  • De l’importance d’assurer une plus grande équité d’accès aux services médicaux à travers les différentes régions du Québec.
  • Des défis de recrutement et de rétention des médecins de famille auxquels font face plusieurs collectivités rurales au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie afin de préserver une offre de soins de santé de proximité.
  • Des hauts taux de bris de services que connaissement les hôpitaux du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.
  • De l’importance de valoriser la pratique médicale en région en l’intégrant le plus tôt possible au parcours académique des futurs médecins.
  • De l’existence de nombreux exemples réussis d’implantation de facultés de médecine satellites (en Mauricie par l’Université de Montréal et au Saguenay-Lac-Saint-Jean par l’Université de Sherbrooke et, bientôt, en Outaouais par l’Université McGill).
  • Du taux de rétention des effectifs médicaux qui s’élève à près de 40 % lorsqu’ils sont formés en région.
  • De l’effet attractif qu’une affiliation universitaire d’un centre hospitalier suscite auprès des médecins spécialistes et autres professionnels de la santé.
  • De la volonté apparente de l’Université Laval de créer un campus satellite de sa Faculté de médecine afin de permettre que la formation soit dispensée dans l’Est-du-Québec.
  • De l’avis exprimé publiquement par le ministre de la Santé et des Services sociaux  à l’effet qu’il serait plus logique d’établir un tel campus satellite à Rimouski pour faciliter la rétention de jeunes médecins en région.
  • Du statut de ville étudiante de Rimouski.
  • De la présence, à Rimouski, de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), une université ouverte aux partenariats favorisant le déploiement, en région, de formations en réponse aux besoins du milieu.

 

Selon le préfet de la MRC, M. Francis St-Pierre, « La mobilisation dans ce dossier illustre une fois de plus la force de notre région et la grande solidarité régionale qui y règne. Nous maintiendrons la pression jusqu’à ce que nous obtenions le résultat attendu, au bénéfice de tout l’Est-du-Québec.».